3 Mar 2015 | 0 commentaires

Pour répondre à cette question regardons ce que disent les études.

Une méta-analyse incluant 374 488 participants trouve qu’un apport élevé en

vitamine C alimentaire est associé à une réduction de 16% du risque de pathologies cardiovasculaires
en vitamine E de 24%
en bêta-carotène  de 22%

Ye Z et al, Antioxidant vitamins intake and the risk of coronary heart disease: meta-analysis of cohort studies, Eur J Cardiovasc Prev Rehabil, 2008 ; 15 (1) : 26-34

Statut en vitamine C et accident vasculaire cérébral hémorragique

L’équipe de Stéphane Vannier à l’Hopital de Pontchaillou à Rennes, en comparant 65 patients ayant subi un AVC hémorragique et 65 contrôles, montre que seuls les victimes d’AVC ont des taux plasmatiques bas en vitamine C.

Vannier S. et al. Can Citrus Ward Off Your Risk of Stroke? American Academy of Neurology, Published online February 2014

Statut en vitamine C et risque de cancer de l’estomac

Le quartile ayant le taux de vitamine C circulante le plus élevé bénéficie d’une réduction de 45% du risque de cancer gatrique par rapport au quartile le plus bas.

La relation est encore plus marquée chez les plus gros consommateurs de viande rouge.

Jenab M, Riboli E et al, Plasma and dietary vitamin C levels and risk of gastric cancer in the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition (EPIC-EURGAST), Carcinogenesis, 2006 ; 27(11) : 2250-7

Dans l’étude EPIC-Norfolk comprenant 19 496 hommes et femmes âgés de 45 à 79 ans, suivis pendant 4 ans, l’ascorbémie s’est révélée  inversement proportionnelle aux risques de pathologies cardiovasculaires, d’infarctus, de cancers et à la mortalité de toutes causes confondues.

Le groupe situé dans le quintile inférieur subit une mortalité deux fois supérieure à celle du groupe situé dans le quintile supérieur.

Pour chaque élévation de 20 mcmol/l, la mortalité de toutes causes baisse de 20% et ceci après correction par tous les facteurs confondants.

Khaw KT et al, Relation between plasma ascorbic acid and mortality in men and women in EPIC-Norfolk prospective study: a prospective population study. European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition, Lancet, 2001 ; 357 (9257) : 657-63

Supplémentation en vitamine C, fréquence, sévérité du rhume et de  la grippe

Une méta-analyse trouve que la supplémentation courante ne réduit pas la fréquence du rhume de manière significative dans la population globale
elle la réduit par contre en moyenne de 52% dans des populations sous des stress intenses : militaires en région subarctique, skieurs, marathoniens…
elle réduit la durée du rhume en moyenne de 8% chez les adultes de 14% chez les enfants à doses plus élevées (de 1 à 2 g/j) elle réduit la durée de l’infection de 18% 1 g ou plus dans les premières 24 heures du rhume réduit la durée de 24%

les mêmes doses réduisent aussi de manière significative la sévérité des symptômes

Hemilä H et al, Vitamin C for preventing and treating the common cold, Cochrane Database Syst Rev, 2013 Jan 31

La quantité de vitamine C et la précocité de la prise sont des facteurs importants d’efficacité;

A des doses plus élevées (500 mg/j), des chercheurs japonais qui étudiaient la réduction du cancer gastrique par la vitamine C chez 244 personnes suivies pendant 5 ans montrent  une réduction du risque d’attraper un rhume 3 fois ou plus dans l’année réduit de 66%

Sasazuki S et al, Effect of vitamin C on common cold: randomized controlled trial, Eur J Clin Nutr, 2006 ; 60(1) : 9-17

Chez 725 étudiants grippés de 18 à 32 ans qui reçoivent :

 – soit antalgiques/décongestionnants

 – soit 1 g de vitamine C par heure les 6 premières heures

 et 1 g 3 fois/j les jours suivants

 le nombre et la sévérité des symptômes sont réduits de 85%

Supplémentation en vitamine C, fréquence et sévérité de la pneumonie

Une méta-analyse de tous les essais randomisés met en évidence que sur 3 études comprenant 2335 personnes, la prise de vitamine C réduit de manière très significative le risque de pneumonie : 80% ou plus sur 2 études chez des personnes touchées par la pneumonie, une réduction significative de la sévérité et de la mortalité sur une étude russe qui constate un effet dose-dépendant de la durée de l’infection.

Hemilä H et al, Vitamin C for preventing and treating pneumonia, Cochrane Database Syst Rev, 2013 Aug 8

Supplémentation en vitamine C et cataracte

Les doses de vitamine C qui réduisent de manière significative le risque de cataracte se situent entre 300 et 500 mg, des doses qui relèvent d’une supplémentation.

La protection contre la plupart des autres pathologies (cardiovasculaires, cancers), n’apparaît pas à moins de 120 mg/j.              

Carr AC et al, Toward a new recommended dietary allowance for vitamin C based on antioxidant and health effects in humans, Am J Clin Nutr, 1999 ; 69(6) : 1086-107

Supplémentation en vitamine C et hypertension

De 1966 à 2011, 29 études d’intervention ont été retenues.     

La dose de vitamine C moyenne utilisée était de 500 mg  par jour pendant 8 semaines.

L’analyse des études révèle que la vitamine C fait baisser la pression artérielle systolique de 3,84 mm et la pression artérielle diastolique de 1,48 mm, en moyenne.

En ne tenant compte que des participants qui souffraient d’hypertension artérielle la baisse atteint 4,85 et 1,67 mm respectivement.

Juraschek SP et al, Effects of vitamin C supplementation  on blood pressure: a meta-analysis of randomized controlled trials, Am J Clin Nutr, 2012 ; 95(5) : 1079-88

Supplémentation en vitamine C et risque coronarien

L’école d’épidémiologie de Harvard montre dans un cohorte de 9 études comprenant 293 172 sujets que la prise de compléments de vitamine C de 700 mg ou plus/j est associé à une réduction de 25% des accidents coronariens.

Knekt P, Willett WC, Rimm EB et al, Antioxidant vitamins and coronary heart disease risk: a pooled analysis of 9 cohorts, Am J Clin Nutr, 2004 ; 80(6) : 1508-20

Supplémentation en vitamine C et mortalité

Chez 11 348 adultes âgés de 25 à 74 ans, l’étude National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES I), révèle que chez ceux qui ont les apports les plus élevés en vitamine C (liés à la prise de suppléments), les femmes ont une mortalité par cancers réduite de 14%, par maladies cardiovasculaires de 25%,          de toutes causes confondues de 10%.

les hommes 

– par cancers réduite de 22%

– par maladies cardiovasculaires de 42%

– de toutes causes confondues de 35%

A noter : dans la quasi totalité des études sur l’incidence des pathologies dégénératives, l’impact des antioxydants est plus important chez l’homme que chez la femme (qui est probablement protégée par plusieurs facteurs : règles et moins de fer, moins de consommation de viande rouge, plus de consommation de végétaux…)

Enstrom JE et al, Vitamin C intake and mortality among a sample of the United States population, Epidemiology, 1992 ; 3 (3) : 194-202

 

 

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NICOTINAMIDE NAD MOLECULE

Les pouvoirs étonnants de la vitamine PP ou nicotinamide

La vitamiine PP (pour "préventive de la pellagre") ou nicotinamide devient l'une des vitamines vedettes, l'objet du plus grand nombre de...
Points dpouloureux fibromyalgie

Un nouveau programme pour sortir de la fibromyalgie

La fibromyalgie n’a pas été reconnue pendant longtemps et reste toujours mal comprise par les médecins qui sont formatés par des cursus encore...
herbes et gélules PHOTO

Etudes d’intervention thérapeutiques en nutrithérapie

Programme du prochain cours de nutrithérapie à Paris (Mercure La Vilette) les 27 et 28 Juin 2015 (www.ienpa.com). Des dizaines de milliers d’études...
statines- effets indséribales IMAGE

CHOLESTEROL LE GRAND BLUFF 4 Fibrates et statines quel rapport bénéfices/risques ?

Les fibrates Ces molécules, toujours utilisées, malgré la domination écrasante des statines, font surtout baisser les triglycérides en...
SURPOIDS ANDROIDE PHOTO

CHOLESTEROL 6 LE grand bluff : comment lutter efficacement et durablement contre le surpoids et le diabète

Le surpoids est associé à la fois à de l’inflammation et à l’élévation d’autres facteurs de risques cardiovasculaires comme l’intolérance au...
eauversée

Les conséquences du manque d’eau

Une déshydratation de 1% ne déclenche pas la soif, mais peut déjà réduire les capacités optimales de performances physiques et intellectuelles. A...
LOGOTROUS COULEURS

Logo nutritionnel : les lobbys de l’agro-alimentaire ont réussi à l’édulcorer !

"L’étiquetage nutritionnel des aliments est l’un des points du projet de loi santé présenté, mercredi 15 octobre, par la ministre de la Santé...
fruitslégumes

Il est possible de massivement réduire la fréquence des cancers

Aujourd'hui 4 Février 2015 c'est la Journée Mondiale contre le Cancer. Pourtant la plupart des outils nutritionnels qui permettraient de le prévenur...
POISON PANNEAU

Stress, Fatigue : Les réponses médicamenteuses sont inappropriées, insuffisantes ou dangereuses

Les mécanismes du stress et leur prise en charge thérapeutique n’est pas encore au programme des études médicales. Il en résulte des réponses, le...
TARDIGRADE

L’observation de longévité, de résistances à tous les stress exceptionnelles et même d’immortalité potentielle chez les animaux donne de nouveaux espoirs

Longévités maximales observées chez l’animal Salamandre géante 55 ans Albatros royal 63 ans Condor 77 ans Cacatoès à huppe jaune 82 ans Eléphant...

Archives

A PROPOS DE JEAN PAUL CURTAY

Le Dr Jean-Paul CURTAY, de renommée internationale, est un des pionniers de la nutrithérapie. Il a créé en France la première consultation dans cette discipline médicale nouvelle.