Comment Big Pharma falsifie les études pour engendrer des ventes ubuesques de médicaments aux dépends des protocoles nutritionnels validés

22 Juil 2013 | 0 commentaires

Un article édifiant de Pierre Barthélémy, auteur du blog « Passeur de Sciences »

Scandale autour d’un médicament vedette contre l’hypertension

Big Pharma n’avait pas besoin de cela… Un nouveau scandale éclabousse l’industrie pharmaceutique et si, à la différence du scandale du Mediator, cette affaire n’a heureusement pas fait de victime, elle éclaire d’une lumière crue les relations parfois ambiguës qui existent entre les géants du secteur et les scientifiques. Tout tourne autour d’une des molécules les plus utilisées dans le traitement contre l’hypertension artérielle, le valsartan. Ce médicament est commercialisé par Novartis sous le nom de Tareg en France et de Diovan pour des pays comme les Etats-Unis, la Grande-Bretagne ou le Japon. Il est considéré comme un « blockbuster » pharmaceutique, c’est-à-dire un médicament vedette : en 2010, le Diovan a ainsi constitué la meilleure vente de Novartis, avec un chiffre d’affaires mondial de plus de 6 milliards de dollars !

Si l’année 2010 a été l’année de tous les records commerciaux pour cette molécule, c’est en partie grâce aux résultats d’une étude japonaise publiée quelques mois plus tôt, le 31 août 2009, par le European Heart Journal. Pendant plus de trois ans, les auteurs de ce travail coordonné par le cardiologue Hiroaki Matsubara, alors professeur à l’Université préfectorale de médecine de Kyoto (KPUM, selon son acronyme anglais), ont suivi quelque trois mille personnes souffrant d’hypertension artérielle et présentant de forts risques de maladies cardiovasculaires. Certains patients prenait du valsartan tandis que les autres avaient un traitement d’un genre différent. Résultat : en plus de son effet antihypertenseur, la molécule de Novartis réduisait de manière si significative les risques d’angine de poitrine et d’accident vasculaire cérébral que les chercheurs décidèrent d’interrompre prématurément l’étude. Ils jugeaient en effet non-éthique de ne pas donner du valsartan à tout le monde étant donné les bénéfices qu’apportait sa prise dans le domaine cardiaque. Evidemment, le géant suisse de la pharmacie ne se priva pas de mettre ce résultat spectaculaire en avant pour la promotion du médicament.

Mais la « success story » prend ensuite un curieux tournant. En 2011, des blogueurs signalent des anomalies dans plusieurs articles d’Hiroaki Matsubara. Les revues ayant publié les travaux du cardiologue nippon commencent à les examiner d’un peu plus près. Début 2013, deux de ses études traitant des effets du valsartan sont retirées par le Circulation Journal. Et, quelques jours plus tard, le 1er février, le coup de tonnerre arrive : l’étude du European Heart Journal est à son tour retirée. Cela signifie, concrètement, que ses résultats sont considérés comme nuls et non avenus. Comme c’est souvent le cas en la matière, la notice de rétractation est extrêmement laconique : elle fait juste état de « problèmes cruciaux »dans certaines des données. Quels problèmes exactement ? Alors qu’Hiroaki Matsubara démissionne de son poste à la KPUM, cette dernière lance une enquête dont les conclusions ont été rendues publiques par Toshikazu Yoshikawa, le président de l’université, le 11 juillet.

Ces conclusions sont accablantes, pas tant pour Hiroaki Matsubara, dont le degré de responsabilité n’est pas établi, que pour la recherche biomédicale tout court. C’est un cas d’école de la manière dont la science peut être manipulée sous l’influence d’un lobby industriel. L’enquête a en effet révélé que des données sur les participants avaient été falsifiées pour faire apparaître les fameux « bénéfices » concernant les angines de poitrine et les AVC. L’université a épluché les dossiers médicaux de 223 patients de l’étude de Kyoto et s’est aperçue que pour 34 d’entre eux, on avait pris en compte de fausses informations : pour les personnes du groupe recevant du valsartan, on avait minoré les problèmes cardiaques subséquents et, pour les patients du groupe témoin, on avait exagéré lesdits problèmes. C’est de cette manipulation que sont nés les fameux effets positifs de la molécule. La commission d’enquête a refait les calculs : si l’on ne tient pas compte de ces 34 dossiers, ces bénéfices disparaissent (ce qui ne remet en revanche absolument pas en cause l’efficacité du médicament comme antihypertenseur).

L’affaire est déjà grave en elle-même mais il y a pire encore. Bien que les enquêteurs n’aient pas pu déterminer qui avait falsifié les données, ils ont découvert qu’une des personnes impliquées dans leur gestion était employée par… Novartis, ce qu’a reconnu la firme suisse dans un communiqué publié le lendemain de la conférence de presse. Ce conflit d’intérêt manifeste n’était évidemment pas signalé dans l’étude. De plus, selon l’agence de presse Kyodo News, l’employé de Novartis en question a participé à des essais sur le valsartan conduits par d’autres universités japonaises, lesquelles vont devoir en vérifier les résultats à la loupe. Dernière information et pas la moindre, dans l’article (payant) qu’elle vient de consacrer à ce scandale, la revue Science souligne que le laboratoire d’Hiroaki Matsubara a reçu, pour ses recherches, environ 1,4 million de dollars de la part de – devinez qui ? – Novartis, encore et toujours.

Ces liaisons dangereuses entre scientifiques et industriels ne sont pas pour renforcer la confiance du public dans les résultats de la recherche appliquée. Pour la petite histoire, le 11 juillet, Toshikazu Yoshikawa, le président de la KPUM, a, avec deux de ses collègues, présenté des excuses publiques au nom de l’université. A la japonaise, c’est-à-dire en s’inclinant beaucoup. Alors qu’il n’a aucun lien direct avec cette affaire, il a annoncé que, endossant la responsabilité du scandale, il allait rendre son salaire. Sans préciser combien de mois ».

Pierre Barthélémy

Commentaire  de Jean Paul Curtay : Ceci montre une fois de plus que les affaires des statines, du Prozac, des abus de psychotropes en général, du Vioxx, du Mediator, d’Avandia, des pilules de 3ème et 4ème génération… ne sont pas des « accidents », mais révélateurs de pratiques communes de manipulation criminelle.

A côté de cela les dispositions nutritionnelles et de mode de vie documentées, elles par des études, évidemment généralement financées

C’est d’autant plus inacceptable que les mesures nutritionnelles et de mode de vie dont l’efifcacité a été validée par des études – évidemment financées pâr l’argent publique -, comme en ce qui concerne l’ hypertension, la réduction du sel et le modèle méditerranéen (étude DASH), la complémentation en magnésium ou en arginine, nutriments non brevetables…. plus complexes à mettre en place, sont quasiment totalement négligées du fait de la facilité de prescrire un médicament… 

Soyons clairs : il est temps de remettre les mesures basiques en priorité au coeur de la médecine et de replacer les médicaments à la place secondaire qu’il leur reste lorsque cela ne suffit pas… encore faut-il opérer le nettoyage radical qui fasse cesser la manipulation des médecins, des autorités de santé et des patients, avec ce genre de falsification.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PHOTO SURPOIDS VENTRE

SURPOIDS : UNE ÉPIDÉMIE QUI PÈSE LOURD

Une poisse mondialisée En 2014 l’Organisation Mondiale de la Santé enregistre près de 2 milliards de personnes de plus de 18 ans en surpoids,...
Fauja-Singh souriant

Fauja Singh, le centenaire le plus endurant de tous les temps est végétarien et ne mange que de petites quantités

Cet indien Sikh, fermier de profession, émigre au Royaume-Uni à l'âge de 81 ans. Il se met à la course de fond à l'âge...

CONTRE L’ABUS UBUESQUE DE BENZODIAZEPINES

Bruno Vellas, responsable du gérontopôle du CHU de Toulouse, propose une solution des plus concrètes : "On sait que l'anxiété augmente à la tombée...
Jiroemon_Kimura

Jiromeon Kimura, le doyen de l’humanité et l’homme le plus âgé ayant vécu a eu 116 ans

Jiromeon Kimura, le doyen de l'humanité et l'homme le plus âgé ayant jamais vécu - de façon documentée - a eu 116 ans le 19 Avril. Il...
10TOPALIMENTSUS20:30AN

Le surpoids et le déclin de la longévité par contamination transatlantique

Bruce Ames présentant une étude sur les 10 aliments les plus consommés par les américains de 20 à 30 ans. On comprend pourquoi il y a plus d'un...
CARNÉ-VÉGÉTAL HOMINIDES

Un article critique Lundi Vert, fondé sur des erreurs

Les controverses sont utiles, mais à condition de s’appuyer sur des réalités. L’auteur de l’article de Contrepoints« Lundi Vert » : et si...
BEBEHEUREUXCONTREMERE

Manifeste : Pour un sevrage non violent et la réparation des blessures affectives précoces

Le sentiment de sécurité, la confiance en soi,  la liberté d’affronter l’inconnu, de découvrir, de créer, la capacité d’aimer… trouvent leur...
PHOTO surpoids-homme-sommeil-reveil-full-11900999

SURPOIDS : MORAL ET SOMMEIL

Moral, sexe La question du surpoids a été, décidément, l’objet de nombreuses avancées. Ainsi, l’observation d’une association avec une tendance...
monsanto les Verts de Rage

Comment les Etats-Unis ont manipulé le Prix de l’alimentation 2013 pour promouvoir les OGM

Article de Benjamin Sourice "Le prix mondial de l'alimentation décerné à Monsanto ne cacherait-il pas une opération de propagande plus vaste...
LEMEILLEURMEDICAMENTCESTVOUS COUV

Le meilleur médicament, c’est vous

Frédéric Saldmann donne quelques exemples de façons non médicamenteuses de se soigner. Il y en a beaucoup d'autres : par exemple, la respiration...

Archives