30 Sep 2013 | 0 commentaires

Cinq constatations principales sont la base de la reconceptualisation des compléments alimentaires à visée de palliation des déficits journaliers dans l’éventail complet de la population.

La première constatation qui s’impose : les compléments alimentaires minéro-vitaminiques de base actuellement ne contiennent pas les quantités de vitamine D et d’iode nécessaires pour les différentes catégories de population.

La deuxième : l’ancienne idée de tout mettre dans un complément (« tout-en-un »), au cas où l’on manquerait de quelque chose n’est plus acceptable.

En effet si certaines petites catégories de population peuvent manquer de fer (en France 23% des femmes ayant des règles, un peu plus chez les femmes enceintes et 5% des femmes après la ménopause), la majeure partie de la population présente des excès de fer, un excès qui s’aggrave progressivement avec l’âge.

Or le fer est un puissant pro-oxydant, pro-inflammatoire, facteur de croissance de virus, de bactéries et de cellules cancéreuses.

Il est négatif d’en donner à ceux qui n’en manquent pas.

Pire que cela : le fer s’oppose à l’absorption du zinc, qui lui manque dans la grande majorité de la population et qui est indispensable à toutes les opérations d’anabolisme : croissance, réparation des tissus, fertilité et à l’immunité. Le plus grave : le fer altère les vitamines antioxydantes et transforme la vitamine C en générateur de radicaux libres ! Le cuivre dont l’ANC a été reconnu trois fois surévalué a des effets similaires, simplement encore plus agressifs.

Conclusion : ni le fer, ni le cuivre ne doivent figurer dans un complément alimentaire basique. S’ils doivent être donnés, ils le doivent dans un complément indépendant donné à un repas différent du repas où est pris le complément de base. Ils sont incompatibles. L’absence de fer et de cuivre devrait être le premier critère de choix d’un complément.

De même la vitamine A (rétinol) ne doit pas figurer dans les compléments de base pour deux raisons : elle peut être tératogène (responsable de malformations) au premier trimestre de la grossesse et elle stockée dans le foie, donc ne va pas dans les lipides circulants et des membranes cellulaires, ce qui ne lui permet pas de jouer le rôle d’antioxydant.

A l’inverse, le bêta-carotène, qui se transforme en vitamine A selon les besoins, n’est pas tératogène et diffuse dans tous les lipides, ce qui lui permet d’être un excellent auxiliaire de la vitamine E.

Autre conclusion : la vitamine A doit systématiquement être remplacée dans les compléments de base par le bêta-carotène.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

QUERCETINE REPARATION

Autres nutriments et réparation de l’ADN

Les études montrent que de nombreux fruits et légumes stimulent la réparation de l’ADN, ce qui est une des explications de leurs effets protecteurs...
tableau-polyphenols

Les antioxydants, les polyphénols et les cancers – à propos de l’étude SELECT

L'Etude SELECT (Selenium and Vitamin E Cancer Prevention Trial) devait déterminer si de fortes doses de vitamine E synthétique (400 UI par...
oignons

Salade toute verte vêtue

Prévention de le majorité de toutes les pathologies Difficulté: 0 Temps de préparation: 10 min Temps de cuisson: Aucune Nombre de personnes: 4...
10TOPALIMENTSUS20:30AN

Le surpoids et le déclin de la longévité par contamination transatlantique

Bruce Ames présentant une étude sur les 10 aliments les plus consommés par les américains de 20 à 30 ans. On comprend pourquoi il y a plus d'un...
boire

Quantités d’eau à consommer

On devrait boire au moins un demi-litre au repas de midi car de 7 à 8 litres de liquides sont nécessaires pour la digestion.      ...
ENFANT HYPERACTIF MERE PHOTO

LA FABRIQUE DES ENFANTS TERRIBLES

Le thème de la newsletter mensuelle pour Santé Nature Innovation est ce mois ci L'Hyperactivité. L’enfance perturbée ? L’hyperactivité est...
SURPECHE

Surpêche

Le délire. Presque 2 milliards d'hameçons déployés chaque année. 80 à 90% des organismes marins pêchés rejetés à la mer morts pour ne garder que le...
LEMEILLEURMEDICAMENTCESTVOUS COUV

Le meilleur médicament, c’est vous

Frédéric Saldmann donne quelques exemples de façons non médicamenteuses de se soigner. Il y en a beaucoup d'autres : par exemple, la respiration...
PULSIONS FRIGO PHOTO

Surpoids : recomposez vous en 10 temps 10 mouvements !

Après vous avoir invité à faire un tour des avancées considérables réalisées dans la compréhension du surpoids, partons à la conquête des outils...
betteraves rouge

idée de brunch

REPAS PROTEINE POUR SE REVEILLER Difficulté: 0Temps de préparation: 20 minTemps de cuisson: AucuneNombre de personnes: 4 personnes Ingrédients:2...

Archives

A PROPOS DE JEAN PAUL CURTAY

Le Dr Jean-Paul CURTAY, de renommée internationale, est un des pionniers de la nutrithérapie. Il a créé en France la première consultation dans cette discipline médicale nouvelle.