29 Déc 2017 | 0 commentaires

Moral, sexe

La question du surpoids a été, décidément, l’objet de nombreuses avancées. Ainsi, l’observation d’une association avec une tendance dépressive et une dysfonction sexuelle.

Nous y reviendrons, ce n’est pas par contre nouveau, une majorité de personne en surpoids souffrent d’un mauvais contrôle pulsionnel, une dysfonction sérotoninergique qui les amène à manger plus, de manière impulsive, et sans savoir s’arrêter, en particulier des glucides et à être attirés par l’alcool pour certains. Et cette dysfonction est connue pour être associée à des dépressions.

La nouveauté est que la dépression a été découverte liée et à de l’inflammation et à un déséquilibre de la flore, et que le phénomène est particulièrement marqué chez les personnes en surpoids ou obèses.

Une flore déséquilibrée peut altérer la production des neurotransmetteurs dont dépend l’humeur.

Quant aux dysfonctions sexuelles, elles sont intriquées avec l’ensemble de ces facteurs, ainsi qu’avec les perturbateurs endocriniens et le surpoids lui-même, le tissu adipeux produisant des oestrogènes via les aromatases.

Or, l’insatisfaction sexuelle est une source de compensations – que j’appelle « prédations déplacées » – sur la nourriture et éventuellement l’alcool.

Sommeil

Les troubles du sommeil touchent eux plus de 30% des Français.

Or, les études sont claires : le manque de sommeil ou insuffisamment récupérateur est un facteur de :

dérèglements de l’appétit et d’obésité – de nombreuses études réalisées dans sept pays, dont la France, et sur de larges populations, ont montré  un lien entre un sommeil court, l’élévation de l’indice de masse corporelle (IMC), et le risque d’obésité, à la fois chez l’adulte et l’enfant

phénomènes inflammatoires : les troubles du sommeil sont associés avec une élévation des marqueurs de l’inflammation comme la CRP (C réactive protéine) et une montée de NF kappa B, le chef d’orchestre des voies de l’inflammation
diminution de la libido et des fonctions sexuelles, la fragmentation du sommeil réduisant la production de testostérone
déficit de contrôle pulsionnel, une tendance augmentée aux dépendances 

dépression dont le risque est multiplié par 4.

Comme vous pouvez le constater tout est lié.

Et ces facteurs se renforcent les uns les autres.

Conclusion : comme d’habitude, plutôt que d’adopter une solution « techno-réductionniste », il va falloir respecter le caractère multi-dimensionnel du surpoids et le manager par une approche globale.

Pour en savoir plus sur sommeil et surpoids :

Gangwisch JE et al, Inadequate sleep as a risk factor for obesity : analyses of the NHANES I, Sleep, 2005, 28:1289–96

Singh M et al, The association between obesity and short sleep duration : a population‐based study, Journal of Clinical Sleep Medicine, 2005, 1(4) : 357‐63

Logue EE et al, Sleep duration, quality, or stability and obesity in an urban family medicine center, J Clin Sleep Med, 2014, 10 (2) : 177-82

Knutson KL et al. The metabolic consequences of sleep deprivation, Sleep Med Rev, 2007, 11 : 163-178

Spiegel K et al, Effects of poor and short sleep on glucose metabolism and obesity risk, Nat Rev Endocrinol, 2009, 5 : 253-261

Vgontzas AN et al, Circadian interleukin-6 secretion and quantity and depth of sleep, J Clin Endocrinol Metab, 1999, 84(8) : 2603–7

Irwin MR et al, Sleep deprivation and activation of morning levels of cellular and genomic markers of inflammation, Arch Intern Med, 2006, 166 (16) : 1756–62

Meier-Ewert HK et al. Effect of sleep loss on C-reactive protein, an inflammatory marker of cardiovascular risk, J Am Coll Cardiol, 2004, 43 (4) : 678–83

Irwin MR et al, Sleep loss activates cellular inflammatory signaling, Biological Psychiatry, 2008 ; 64 : 538–540

Miller CM et al, A Closed Literature-Based Discovery Technique Finds a Mechanistic Link Between Hypogonadism and Diminished Sleep Quality in Aging Men, Sleep, 2012, 35(2): 279–285.

Brower KJ et al, Sleep Disturbance as a Universal Risk Factor or Relapse in Addictions to Psychoactive Substances,  Med Hypotheses, 2010, 74(5) : 928–933

Michael R. Irwin et al, Sleep Disturbance, Inflammation and Depression Risk in Cancer Survivors, Brain Behav Immun, 2013, 30 (Suppl) : S58–S67.

Emery PC et al, Major depressive disorder and sleep disturbance in patients with chronic pain, Pain Res Manag, 2014,19 (1) : 35-41

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huile olive vierge bio vizcantar

Quelles huiles, quels corps gras choisir ?

Les huiles de palme, palmiste, coco, sont parmi les plus riches en acides gras saturés. Elles tiennent la chaleur mais n'ont pas d'intérêt...
POISON PANNEAU

Stress, Fatigue : Les réponses médicamenteuses sont inappropriées, insuffisantes ou dangereuses

Les mécanismes du stress et leur prise en charge thérapeutique n’est pas encore au programme des études médicales. Il en résulte des réponses, le...
CERVEAU IMAGE PUZZLE MANQUANT

Prévention de la maladie d’Alzheimer

Suite à la question d'un internaute sur mon blog (http://jeanpaulcurtay.typepad.com/okinawa/) qui indique que ses deux parents ont fait la...
nac superman

Quatrième point nécessitant une mise à jour des compléments alimentaires

La quatrième constatation est que nombre de composants protecteurs ne figurent pas dans les complexes. C’est le cas de la vitamine K. La vitamine K...
arthrose mains photo

Arrêter l’arthrose

L’arthrose est la pathologie rhumatismale la plus fréquente. Elle affecte environ 10 millions de Français et est la cause d’environ 14 millions de...
killercoke affiche

CACA COLA

Une jeune journaliste courageuse qui prend pour surnom "l'emmerdeuse", addict au Coca Cola, enquête pour savoir ce qu'elle boit. La formule, la...
fruitslégumes

Il est possible de massivement réduire la fréquence des cancers

Aujourd'hui 4 Février 2015 c'est la Journée Mondiale contre le Cancer. Pourtant la plupart des outils nutritionnels qui permettraient de le prévenur...
gene-mutation schema

Les conséquences des défauts de réparation de l’ADN

Les lésions non réparées deviennent des mutations définitives.  Elles affectent toutes les cellules. Dans les cellules germinales, elles sont...
PLASTIQUES AVEC SANS PERTURB ENDOC

INVASION DES PERTURBATEURS ENDOCRINIENS : DES RIVIÈRES AU ROBINET, DES EMBALLAGES À L’ASSIETTE

6ème acte : rivières empoisonnées On compte en 2013 550 sites terrestres en France contaminés par les PCB (polychlorobiphényles) ou...
eauversée

Quantités d’eau à consommer

On devrait boire au moins un demi-litre au repas de midi car de 7 à 8 litres de liquides sont nécessaires pour la digestion.    ...

Archives