Qu’est ce qu’est devenu le modèle inuit dans les régions circumpolaires ?

31 Mai 2013

Evolution de la situation :

Selon de récentes études

  • il semblerait que les aliments traditionnels ne fournissent plus maintenant en moyenne que 28 % des besoins énergétiques des Inuits (Downing et Cuerrier, 2011)
  • la pollution est extrêmement sévère sur les régions polaires du fait de la descente de l’air avec le froid, du fait que l’océan arctique est une masse d’eau peu en contact avec les autres, qui ne représente que 1,2% des océans reçoit 10% des déversements de fleuves pollués où cette pollution s’accumule avec un très faible effet de dilution et du fait de la bioconcentration par les mammifères marins (en particulier les polluants liposolubles et le mercure dans leur graisse), elle menace la survie des ours blancs, des narvals et des belugas affectés par une chute de la fertilité, des dépressions immunitaires et une explosion des cancers
  • l’exposition au mercure, au plomb (liée aux cartouches), au cadmium (liée au tabac), aux polluants dérivés des hydrocarbures, aux perturbateurs endocriniens (PCB, dioxines, furanes…) a considérablement augmenté                                                              (le saturnisme est 8 fois plus élevé chez les enfants inuit qu’au Québec et le taux de mercure 14 fois plus élevé – il est déjà trouvé anormalement élevé chez les foetus, ce qui est fortement corrélé à une réduction du développement cérébral et un triplement des troubles de l’hyperactivité et du déficit d’attention par rapport à celui des USA, déjà très élevé)
  • l’intensité de l’activité physique et de la mobilisation mentale a aussi considérablement diminué avec l’arrivée d’épiceries fournissant des aliments industriels
  • les aliments transformés riches en sel, sucres et graisses saturées sont devenus accessibles (Kuhlein et al, 2005). 
  • les Inuits étaient considérés comme épargnés par les cancers. Ce n’est plus le cas, dont en raison d’une augmentation de l’espérance de vie, puis à partir des années 1950 d’une pollution croissante de leur environnement et de changements importants de modes et conditions de vie
  •  les cancers du poumon (incidence la plus élevée du monde), du côlon, du col de l’utérus (aussi le plus élevé du monde) et du sein ont alors considérablement augmentés
  •  par contre les taux de cancers des os, des tissus conjonctifs, du cerveau, de l’œil, de la thyroïde ou des ovaires sont comparables à ceux de la population danoise ou de populations d’autres zones circumpolaires (Connecticut, Canada)
  • la fréquence des cancers de la peau est très faible, ce qui s’explique par l’ensoleillement effondré l’hiver et faible l’été

on observe une augmentation :

  • de l’infertilité (dans le district d’Upernavik la fertilité était en hausse jusqu’en 1960 et a ensuite fortement décliné, Kromann, Green, 1983)
  • de la mort subite du nourrisson
  •  de l’obésité, du syndrome métabolique
  •  du diabète (le diabète de type 2 est maintenant de 3 à 5 fois plus fréquents chez les « premières nations » que chez les canadiens)
  • de l’hypertension
  • des accidents vasculaires cérébraux
  • des maladies cardiovasculaires
  • mais aussi un accroissement exponentiel des dépendances de tous ordres (alcool, tabac, drogues), de la dépression et des suicides qui ont atteint une dimension épidémique : le taux le plus élevé au monde, 10 fois celui des canadiens, et particulièrement élevé chez les jeunes (Kral, 2012).

Pour en savoir plus :

Julie Langevin, La chasse traditionnelle inuit face aux changements climatiques et aux développements économiques : le cas des mammifères marins, www.usherbrooke.ca/environnement/fileadmin/sites/environnement/documents/Essais2012/Langevin_Julie_SCI_760_essai_version_finale.pdf

La nourriture dans le Grand Nord : de l’omble chevalier aux grignotines www.aadnc-aandc.gc.ca/fra/1303133639908/1303133786862

La cuisine inuit, http://iqaluit.free.fr/inuit/cuisine.html

Hélène Fagherazzi-Pagel, Des hommes victimes de l’ »occidentalisation » des modes de vie : le modèle des Inuits                http://recherchespolaires.inist.fr/?Des-hommes-victimes-de-l

Donaldson S.G. et al, Environmental contaminants and human health in the Canadian Arctic, 2010,  Sci Total Environ, 408, 5165-5234.

Bélanger M. C. et al. (2006). Dietary contaminants and oxidative stress in Inuit of Nunavik. Metabolism, 55(8), 989-995.

Ice-trapped pollutants poison polar bears’ diets, www.dw.de/ice-trapped-pollutants-poison-polar-bears-diets/a-5924711-1

McGrath-Hanna N. K. et al, 2003, Diet and mental health in the Arctic : is diet an important risk factor for mental health in circumpolar peoples ? – a review, International Journal of Circumpolar Health, 62(3), 228-241.

Lawrence Duffy et al, Arctic people and beyond : research opportunities in neuroscience and behavior, www.circumpolarhealthjournal.net/index.php/ijch/article/view/18265/20958

Hopkins S. E. et al. (2007). Keeping busy : a Yup’ik/Cup’ik perspective on health and aging. International Journal of Circumpolar Health, 66(1), 42-50.

Green A, Kromann N, Fertility and mortality 1950-1974 in the Upernavik district, Greenland, Scand J Soc Med. 1983 ;11(3):69-73.

Kral MJ., Postcolonial suicide among Inuit in Arctic Canada, Cult Med Psychiatry, 2012 ;36(2):306-25.

 

0 commentaires

Glucides, oses et longévité

Le glucose est évidemment indispensable à la survie, étant donné que c’est le carburant principal des cellules, et pratiquement l’unique carburant...
hibiscus

Les fleurs du bien-être

Un petit déjeuner fleuri pour chasser nos toxiques Difficulté: 1 Temps de préparation: 10 min Temps de cuisson: 5 min Nombre de personnes: 1...
image_0

Tartine craquante dopée

MENU COMPLET AVEC UN SEUL PLAT Difficulté: 1Temps de préparation: 10 minTemps de cuisson: AucuneNombre de personnes: 4 personnes Ingrédients: 2...
RES logo

Baromètre Santé : les Français réclament massivement une politique coordonnée de prévention

Le dernier Baromètre Santé, enquête annuelle réalisée pour le compte de l'INPES (l'Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé),...
CARTE CORONA

COMMENT RÉSISTER AU CORONAVIRUS – L’IMMUNONUTRITION A LA RESCOUSSE

Les statistiques sont écrasantes, la plupart des jeunes ne sont pas affectés, même si porteurs sains, et les personnes qui meurent du coronavirus...
boire

Quantités d’eau à consommer

On devrait boire au moins un demi-litre au repas de midi car de 7 à 8 litres de liquides sont nécessaires pour la digestion.      ...
lapin antiobi

Il est temps de faire cesser l’abus d’antibiotiques dans les élevages avant que nous ne revenions aux temps de la peste !

Les infectiologues du monde entier réunis à Boston ont annoncé que nous pourrions revenir aux temps des pestes.       ...
SCHEMA PERT ENDOC

Les perturbateurs endocriniens mettent de nombreuses espèces en péri, dont l’espèce humaine : PETITION VITALE

« Nous pulvérisons les ormes, et au printemps suivant nul merle n’y chante… parce que le poison a fait son chemin, pas à pas, de la...
eau réseau rayons android-france

L’eau – à quoi sert-elle dans notre corps ?

Après celui de l’apport en oxygène, c’est l’apport en eau qui est le plus urgent. Un individu ne peut pas survivre à plus de 5 jours de privation...
stress compo visuelle

Le stress ses conséquences et comment le gérer au quotidien par des moyens simples

L’augmentation du niveau de stress et ses conséquences La vie quotidienne aujourd’hui en milieu urbain, dans les transports, au travail, est...

Archives

A PROPOS DE JEAN PAUL CURTAY

Le Dr Jean-Paul CURTAY, de renommée internationale, est un des pionniers de la nutrithérapie. Il a créé en France la première consultation dans cette discipline médicale nouvelle.