7 Nov 2013 | 0 commentaires

La quatrième constatation est que nombre de composants protecteurs ne figurent pas dans les complexes.

C’est le cas de la vitamine K.

La vitamine K est connue pour son effet sur la coagulation, mais il a été découvert qu’elle participe aussi de manière essentielle à la fixation du calcium sur l’os. Or elle est apportée par les végétaux, malheureusement insuffisamment consommés et par la flore, souvent perturbée. Dans les périodes comme l’enfance, l’adolescence, la grossesse et l’avancée en âge où la constitution et la préservation du squelette sont importants, il est souhaitable que la vitamine K fasse partie des compléments. La vitamine fait partie des vitamines dont l’innocuité est totale.

C »est aussi le cas de l’iode qui n’est présent dans l’alimentation qsu’à rasion d’environ 100 microgrammes par jour alors que la recommandation pour ne pas faire de carences est du double. Or le manque d’iode réduit le développement cérébral de l’enfant in utero et pendant la petite enfance, est un facteur de ralentissement du fonctionnement de la glande thyroïde, de surpoids et un petit facteur de risque de cancer du sein.

La pollution, les infections, l’inflammation et le stress oxydatif entraînent des altérations moléculaires de l’organisme impliquées dans de nombreuses maladies et dans les phénomènes des déclins liés à l’âge. La protection par les antioxydants comme les vitamines C et E, le bêta-carotène et le sélénium peut être renforcée par l’utilisation d’autres antioxydants capables de compléter leur action comme le lycopène, la lutéine, les polyphénols, le coenzyme Q10, la N-acétylCystéine.

Il est d’autant plus important de placer du lycopène dans les formules, que celui-ci est un meilleur protecteur contre les agressions de la peau par le soleil que le carotène et qu’il a un rôle puissamment renforçateur des défenses anti-infectieuses, deux aspects intéressants chez l’enfant, chez l’adolescent, comme chez l’adulte et la personne âgée. Par ailleurs le lycopène se concentre dans la prostate où il a été montré réducteur des risques de cancer. Il est donc particulièrement judicieux pour l’homme.

Quant à la lutéine elle se concentre dans la rétine, où elle réduit la brûlure par le soleil qui mène à la dégénérescence maculaire (DMLA), la première cause de cécité.

Ne mettre que du bêta-carotène peut aussi risquer à la longue, par compétition, de réduire la biodisponibilité des autres caroténoïdes qu’il faut donc faire figurer, plus on avance en âge.

Un autre type de composant, qui a été l’objet d’une foule de publications ces dernières années, appartient à la classe très riche des polyphénols, responsables des effets protecteurs antioxydants, anti-inflammatoires, réducteur des risques cardio-vasculaires et des cancers associés à la consommation d’aliments comme les baies et fruits rouges, le thé vert, le vin rouge à dose modérée ou le chocolat noir. Les enfants étant déjà largement exposés à la pollution et à des infections pro-inflammatoires il est utile de les utiliser pour les protéger et d’accentuer cette protection chez les adultes.

La N-acétyl Cystéine, connue pour fluidifier le mucus bronchique et favoriser l’expectoration, a aussi été montrée un composant capable d’augmenter la formation de glutathion. Or le glutathion est à la fois le principal détoxifiant de l’organisme, et un antioxydant. En tant qu’antioxydant il est responsable de l’activation des globules blancs qui nous permettent de résister aux infections et participe avec la vitamine C à la prévention de la cataracte.

Le Coenzyme Q10 est un participant clé à la production d’énergie avec le magnésium et les vitamines B1, B2 et PP. Lorsque l’on en prend en plus de la quantité qui est fabriquée par les cellules, celui-ci joue aussi un rôle de réducteur des fuites d’électrons libres et d’antioxydant. En placer dans un complément quotidien pour la personne âgée apporte un outil complémentaire pour combattre la baisse de l’énergie et les usures associées au vieillissement.

Enfin, le combustible principal de certaines cellules, comme les globules blancs, provient des muscles, c’est un acide aminé (composant des protéines), appelé L-Glutamine. Chez l’enfant dont la masse musculaire augmente et qui est sujet aux infections, comme chez la personne âgée dont la masse musculaire tend à fondre progressivement, en même temps que sa résistance aux infections faiblit peu à peu, apporter de la L-Glutamine permet de renforcer les défenses.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LOGOTROUS COULEURS

Logo nutritionnel : les lobbys de l’agro-alimentaire ont réussi à l’édulcorer !

"L’étiquetage nutritionnel des aliments est l’un des points du projet de loi santé présenté, mercredi 15 octobre, par la ministre de la Santé...
orang-outan_blesse_Borneo

PALME, UNE HUILE QUI FAIT TACHE

Je vous recommande l'excellent documentaire de France 5 sur l'huile de palme, l'huile maintenant la plus consommée au monde (54 millions de...
CREVEAU STRESS HYP

Etudes d’intervention nutritionnelles 3

Les troubles, tensions, douleurs… musculaires, digestives, cardiovasculaires, gynécologiques… liés au stress, qui représentent le premier motif de...
Tolstoi années qui restent à vivre plus importantes

Le temps qui nous reste à vivre

La bonne nouvelle c'est que ces années peuvent être les plus belles… Je croyais fermement le contraire avant de voir ces visages...
CAILLOT thrombose

CHOLESTEROL LE GRAND BLUFF 10 : L’HYPERACTIVITÉ PLAQUETTAIRE

De nouveau, l’ensemble des conseils alimentaires et complémentaires donnés jusqu’à présent a des effets anti-adhésion et anti-aggrégant...
eauversée

Les conséquences du manque d’eau

Une déshydratation de 1% ne déclenche pas la soif, mais peut déjà réduire les capacités optimales de performances physiques et intellectuelles. A...

CHOLESTEROL LE GRAND BLUFF 6 comment lutter efficacement et durablement contre le surpoids et le diabète

Le surpoids est associé à la fois à de l’inflammation et à l’élévation d’autres facteurs de risques cardiovasculaires comme l’intolérance au...
vitamines comprimés IMAGE

Des différentes doses en nutrithérapie

Il existe 3 niveaux de doses en nutrithérapie : 1) la dose nutritionnelle dont le but est d'apporter ce qu'il faut au quotidien pour ne pas être en...
oedemes

La surcharge en eau

Les surcharges sont surtout liées aux déséquilibres osmotiques. La consommation d’eau trop pauvre en minéraux entraîne un passage excessif de...
GRAPHE POURCENTAGE SURPOIDS POPULATION

Surpoids : trois grandes percées de la recherche

Quand la graisse brûle du muscle Le muscle peut brûler de la graisse si l’activité physique est suffisamment intense, évidemment. D’où la place...

Archives