Inscription

Recette

LES FLEURS DU BIEN ÊTRE

Un petit déjeuner fleuri pour chasser nos toxiques

Difficulté: 

1

Temps de préparation: 

10 min

Temps de cuisson: 

5 min

Nombre de personnes: 

1 personne

Ingrédients: 

15 g de thé vert biologique
1 cuillère à café de fleurs d'hibiscus séchées
300 ml d'eau minérale bien minéralisée
150 g de sojade nature
quelques cerneaux de noix
1 cuillère à café d'huile de colza biologique
1 cuillère à soupe de myrtille
1 cuillère à café de purée de fruits sans sucres ajoutés
1 cuillère à café de poudre de cannelle

Préparation: 

 

Faire une infusion de 3 minutes du mélange thé vert – hibiscus avec l’eau à 60°/70°

Une fois l’infusion terminée, recueillir les fleurs d’hibiscus ainsi réhydratées pour le mettre dans le bol où on ajoute tous les ingrédients du petit déjeuner ; bien mélanger l’appareil, déguster de suite.

 

Bénéfices santé: 

Une étude du Centre de recherche agronomique pour le développement (Cirad) à Montpellier loue les qualités "gustatives, nutritionnelles et médicinales", notamment contre les maladies cardiovasculaires", de la fleur d’hibiscus.

Le jus de calice d’hibiscus, appelé bissap au Sénégal, karkadé en Égypte,  oseille de Guinée ou thé rose d’Abyssinie, a « des pouvoirs antioxydants » très puissants. L’association des antioxydants du thé vert et de la fleur d’hibiscus fait de cette boisson un vrai aliment protecteur contre les radicaux libres qui agressent notre organisme au quotidien.

Les bienfaits de ce petit déjeuner sont également renforcés par l’apport en protéines, dynamisantes pour le matin (sojade), de l’arginine protecteur cardiovasculaire dans la noix, d’acide gras essentiel oméga 3 : acide alpha linolénique dans l’huile de colza ; encore d’autres antioxydants dans la cannelle (Proanthocyanidines, Cinnamaldéhyde)  et les myrtilles (anthocyanidines).

On peut varier les saveurs en utilisant les fleurs de bleuets qui seront plus difficiles à manger mais toujours intéressants en infusion.

Les antioxydants sont parfois utilisés par l’industrie agroalimentaire pour ralentir l’oxydation des aliments. Si certains ne sont pas nocifs d’autres le sont d’avantage.

Quelques exemples :

- ceux qui ne posent pas de problèmes connus :

                                                                             E 300 à E 302 = acide ascorbique, ascorbates agissent au niveau hydrosoluble

                                                                                           E 306 à 309 = tocophérols vitamine E

liposolubles

- ceux qui sont potentiellement toxiques quoiqu’autorisés, ajoutés parfois dans la pâtisserie, le lait en poudre, les sauces, les soupes, les chewing-gum et autres….

                                                                             E 320 = butyl-hydroxy-anisol (BHA) comme antirancissement                           

il est listé comme « Agent peut être cancérigène pour l'homme » au Centre International de Recherches sur le Cancer (CIRC) comme « Probablement cancérigène » à l'Association française pour la Recherche Thérapeutique Anti-Cancéreuse (ARTAC)

Les organes du foie et des intestins seraient plus vulnérables

 

                                                                                     E 321 = butyl-hydroxy-toluène (BHT) comme antirancissement

Le butylhydroxytoluène est très vraisemblablement cancérigène
la racine toluène n'est pas là pour rassurer

 il produirait plus de toxicité à faible dose que n'importe quel autre antioxydant synthétique 

Appréciation: 

5

Les bonnes adresses

Le parcours Okinawa : http://www.parcours-okinawa.fr

Okinawa Shop : http://www.okinawashop.fr