Inscription

Article

Défendons nous contre l'invasion des perturbateurs endocriniens qui menacent notre santé et celle de nos enfants

Suite à la diffusion d'un excellent documentaire sur la guerre des lobbys pour maintenir le maximum de perturbateurs endocriniens sur le marché, Endoc(t)rinement, où l'on appprend qu'ils auraient du faire au plus tard en 2013 l'objet d'une réglementation, processus qui a été bloqué par les multinationales, je rappelle les effets sur la santé de ces polluants parmi les plus dangereux, car ils n'agissent pas seulement en fonction de leur quantité, mais, chez les foetus, même à très faible dose, en fonction de la phase critique d'exposition. Ils doivent être strictement interdits.

Il y va de notre survie en tant qu'espèce.

Documentaire : http://pluzz.francetv.fr/videos/endoc_t_rinement_,107448142.html

blog de l'auteure du documentaire (elle a aussi été à l'origine des documentaires Les Médicamenteurs, Les Alimenteurs www.stephanehorel.fr/doc/endoc/

 

Les perturbateurs endocriniens interfèrent avec les hormones dont ils peuvent

mimer les effets : oestrogènes-like, androgènes-like

bloquer les effets
interférer avec la production, le transport ou les récepteurs. 

Ce sont principalement : 

PHTALATES (plastiques souples, bouteilles huile, eau, PVC, sextoys, préservatifs, parfums, déodorants, lotions après rasage, shampooings, aérosols pour cheveux, vernis à ongles…)

BISPHENOL A (emballages alimentaires, films alimentaires, barquettes margarines, barquettes pour micro-ondes, revêtements conserves, canettes, tickets de caisse, lunettes de soleil, CD, DVD, casques, voitures…)

On en produit environ 3 millions de tonnes par an dans le monde.

FURANES (pesticides, additifs produits nettoyages, lessives et retrouvés dans les viandes)
DDT (pesticide interdit mais rémanent dans environnement et retrouvé dans les viandes), TRIAZINE CHLORDECONE, DIELDRINE (autres pesticides)
LINDANE (utilisé contre les poux)
PCB (retrouvés dans rivières, poissons), dioxines (émanations des incinérateurs) et PBDE (polybrominated diphenyl ethers – retardateurs de flammes trouvés dans moquettes, mousse coussins, fauteuils, sofas, rideaux, , literie, autres textiles, peintures, voitures, télévisions…)
ALKYLPHENOLS (détergents)
PARABEN (cosmétiques, médicaments…)
4MBC (crèmes et huiles solaires)
TBT ou TRIBUTYLETAIN (peinture des bateaux, oreillers anti-allergéniques, aérosols pour pieds...)
molécules présentes dans la fumée de cigarette 

Découverte

Dans les années 1960, aux États-Unis, la baisse de fertilité des visons constatée par les éleveurs de la région des Grands Lacs fut attribuée aux polluants bio-accumulés par les poissons.

En 1962, dans Silent Spring, Rachel Carson met en évidence la toxicité reproductive de l'insecticide DDT.

En 1988, les phoques de la mer du Nord furent décimés.

En Grande-Bretagne, les poissons mâles vivant en aval d’une station d’épuration présentaient des caractères femelles.

La découverte de l'altération du système reproducteur des alligators sauvages de Floride a relancé les travaux de recherche sur ce thème dans les années 1990.

L'expression « Endocrine disruptors » (traduite en français par « Perturbateurs endocriniens ») est inventée en juillet 1991 au cours de la conférence de Wingspread réunissant 21 scientifiques de 15 disciplines différentes à l'initiative de la spécialiste en santé environnementale Theo Colborn

Effets :

réduction de la spermatogénèse
infertilité masculine et féminine
fausses couches
malformations surtout génitales
altérations de la différenciation sexuelle, augmentation du ratio filles/garçons 

En 2000, 24 ans après l'accident d'une usine d'herbicides à Seveso (Italie), une étude a montré que les hommes exposés au nuage de dioxines ont eu deux fois plus de filles que de garçons.

En 2002, à Ufa (Russie), des chercheurs ont montré que les travailleurs d'une usine d'herbicides, contaminés par les dioxines, ont eu des filles dans les   deux tiers des cas 

avancée de l’âge de la puberté chez les filles
augmentation de la taille des seins
augmentation des cancers du sein et du testicule
dépression immunitaire
altérations de la glande thyroïde
surpoids
altérations cérébrales et du comportement
augmentent les risques d’hyperactivité et d’autisme 

Perturbateurs endocriniens et surpoids

En 2002 Baillie-Hamilton émet l’hypothèse que les perturbateurs endocriniens jouent un rôle dans l’augmentation de la fréquence du surpoids. 

Baillie-Hamilton PF, Chemical toxins: a hypothesis to explain the global obesity epidemic, J Altern Complement Med. 2002; 8(2) : 185-92.

Depuis 2009 les perturbateurs endocriniens font partie des 10 facteurs présumés principaux dans l’épidémie d’obésité. 

McAllister EJ et al, Ten putative contributors to the obesity epidemic, Crit Rev Food Sci Nutr. 2009 ; 49(10) : 868-913. 

Des études ultérieures ont montré que  l’exposition in utero, néonatale ou lors du développement pubertaire à des perturbateurs endocriniens 

augmente le nombre des adipocytes
augmente les prises alimentaires
diminue le métabolisme basal
altère la sensibilité à l’insuline
modifie le métabolisme des lipides dans le foie
retentit sur le tube digestif. 

Les phtalates ont une action trophique sur la masse grasse. On objective une association entre taux de phtalates circulants et IMC chez l’homme. 

Le bisphénol A bloque l’adiponectine dans le tissu adipeux, augmente les sécrétions de TNF alpha et entraîne de l’insulino-résistance. Il est classé dans les facteurs « obésogènes ». 

De plus l’INRA a montré une perturbation par le BPA des fonctions intestinales chez les rongeurs. 

Le tributylétain stimule la différenciation des adipocytes, l’accumulation de gouttelettes lipidiques et l’expansion globale du tissu adipeux. 

Autres résultats d’études chez l’homme : 

les taux de pesticides dosés dans le sang sont associés à une augmentation du BMI
l’exposition pendant la vie foetale au DDT entraîne un BMI plus élevé
le taux de DDT détecté dans le cordon ombilical est corrélé au BMI à l’adolescence
si des pesticides dont détectés dans la sang du cordon ombilical le risque d’obésité est doublé
les enfants mâles des femmes qui ont travaillé dans des serres pendant leur grossesse ont un indice de masse corporelle augmenté dès l’âge de 6 ans. 

[Handmade Software, Inc. Image Alchemy v1.14] 

Schéma extrait de l’article Ben-Jonathan N et al, Effects of bisphenol A on adipokine release from human adipose tissue: Implications for the metabolic syndrome, Mol Cell Endocrinol. 2009 ; 304(1-2) : 49-54.

Les petites filles élevées sur des vignobles présentent une puberté et un développement mammaire précoce (Pr Charles Sultan). 

Michael Skinner montre que des rates gestantes exposées à des perturbateurs endocriniens transmettent par modifications épigénétiques les perturbations entraînées au moins sur 5 générations. 

L’exposition à des moments critiques du développement : in utero, dans la période néo-natale et à la puberté, sont reconnues comme des périodes où les perturbateurs endocriniens ont des effets multipliés.

Or, c’est la période où les concentrations de ces polluants sont les plus élevées. 

Les nourrissons sont les sujets les plus à risque, leur exposition pouvant être douze fois plus élevée que celle des adultes. L'exposition moyenne au BPA d'un adulte en France, en 2012, est de 0,0015 mg·kg-1 tandis que celle d'enfant de moins de deux ans est de 0,0002 à 0,002 mg·kg-1 

Perturbateurs endocriniens et diabète

Les pesticides sont associés à 

une insulinémie plus élevée
de l’insulino-résistance (dioxine)
un risque de diabète augmenté

 Le BPA a une action toxique sur le pancréas et inhibe

 l’adiponectine, insulino-sensibilisante.

 L’exposition aux phtalates est un facteur de risque

 d’insulino-résistance et de diabète. 

L’étude Isis-Diab a été lancée en France en 2010 par le Programme National de Recherche sur les Perturbateurs Endocriniens (PNRPE), suite à la découverte que « l’incidence du diabète de type 1 a doublé en 10 ans chez le jeune enfant. On suspecte des facteurs environnementaux émergents, notamment des perturbateurs chimiques endocriniens agissant dans un contexte génétique individuel de prédisposition ». 

L’ONU a déclaré en Février 2013 à Nairobi dans le rapport joint du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) les perturbateurs endocriniens« une menace mondiale ».

Pour en savoir plus :

ÉVALUATION DU LIEN ENTRE ENVIRONNEMENT CHIMIQUE, OBÉSITÉ ET DIABÈTE (ECOD)

http://reseau-environnement-sante.fr/wp-content/uploads/2012/03/Rapport_...

www.pnrpe.fr/IMG/pdf/session3-LeFur.pdf

http://reseau-environnement-sante.fr/category/dossiers-par-themes/effets...

http://reseau-environnement-sante.fr/wp-content/uploads/2012/03/Brochure...

www.projetnesting.fr

Rapport Exppert sur degré exposition enfants www.generations-futures.fr/2011generations/wp-content/uploads/2014/04/ra... :

21,52 résidus de pesticides Perturbateurs Endocriniens (PE) ont été retrouvés en moyenne par enfant.
639 picogramme/mg de cheveux en moyenne par enfant.
35 pesticides PE ou métabolites de pesticides PE sur 53 ont été retrouvées au moins une fois, soit 66.03%.
13 substances / 53 retrouvées dans tous les échantillons dont de nombreux produits interdits en usage agricole. Certains étant en revanche autorisés pour des usages domestiques ou vétérinaires.

« La présence de plus de 21 substances pesticides Perturbateurs Endocriniens – PE –  en moyenne dans les cheveux analysés montre bien que dans la réalité nos enfants sont exposés à des cocktails importants de ces substances.. »  déclare François Veillerette, porte-parole de Générations Futures.

Pétitions :

http://stop-aux-pe.weebly.com/agir.html

www.change.org/fr/pétitions/stop-aux-perturbateurs-endocriniens-dans-les-jouets#

MÉDECINS www.alerte-medecins-pesticides.fr

Appréciation: 

5

Les bonnes adresses

Le parcours Okinawa : http://www.parcours-okinawa.fr

Okinawa Shop : http://www.okinawashop.fr